Confinement : Crash-test RH ou opportunité organisationnelle ?

Alors que les établissements et professionnels de santé mènent une lutte sans merci contre une crise sanitaire, les entreprises sont, elles, confrontées à un challenge économique sans précédent.

De manière moins visible, certaines organisations au sein de ces entreprises subissent aussi un test RH grandeur nature.

C’est l’heure où l’entreprise doit s’appuyer sur ses lignes de management, plus ou moins à l’aveugle, pour assurer la compréhension, l’implication et l’unité, dans la durée…

Comment prôner le confinement tout en évitant l’isolement ? Comment éviter que la démotivation gangrène l’entreprise ?

Dirigeant(e)s, vos RH sont mises à rude épreuve. C’est l’heure de vérité pour bon nombre d’organisations !

Rassurez !

Des peurs s’installent : sanitaire, économique, personnelle, … Même si elles peuvent parfois vous paraître exagérées, elles sont bien là. Elles dépendent du contexte et de la perception de chacun. Ne faites pas suivant votre grille de lecture mais adaptez votre discours à la perception des autres. Soyez agile !

Reconnus pour leur leadership et/ou leur expertise technique, vos responsables sont projetés en première ligne et deviennent, contextuellement, des managers au sens strict du terme ! Les équipes attendent autre chose du quotidien, elles les regardent et ont besoin de prise de hauteur et de solidité de leur part. Ce sera nécessaire pendant toute cette période… et la suite. Vos co-pilotes dans l’avion !

Ils devront aller au-delà des informations générales dans les prochaines semaines (l’éventuel chômage partiel pour sauvegarder l’entreprise, la compréhension des mesures prises par l’Etat, les questions administratives, …). Dans cette guerre psychologique, encouragez la créativité pour mettre toute l’énergie et l’écoute de votre structure au service de la motivation de vos « troupes ».

Vos équipes étaient fortes ensembles hier, elles le seront aussi demain… si tant est qu’on leur fasse prendre conscience de la fierté, de la confiance et de la proximité, sans faille, du management de l’entreprise. Resserrez les rangs !

Globalement, vos collaborateurs sont attachés aux qualités, compétences, offres et valeurs de votre entreprise, ce sont des fondements majeurs pour construire et résister aux contraintes extérieures. Insistez dessus !

Vos managers devront adapter leur angle de vue régulièrement pour sortir de cette hypermédiatisation et cette morosité ambiante. Et n’oubliez pas, chaque interprétation du contexte est différente, votre garde rapprochée devra faire preuve de management situationnel !

Le monde repartira. C’est une question de temps. Peut-être pas sous la même forme mais il repartira.

Contrairement à la crise financière de 2008, celle-ci, parce qu’elle est sanitaire, touche chacun. Tout le monde peut donc aisément comprendre le contexte. N’infantilisez pas, responsabilisez ! Vos collaborateurs pourront alors agir à vos côtés (dans une démarche de réflexion organisée bien sûr) au lieu de subir.

Impliquez !

Vos équipes sont confinées. Vos managers ont du temps pour vos collaborateurs et l’entreprise. Un luxe après lequel ils courent toute l’année. Avec un téléphone et/ou un ordinateur, vos collaborateurs ont l’essentiel pour réfléchir et travailler en équipe. Les outils collaboratifs ne manquent pas non plus.

Bonne nouvelle : Si vos clients ont mis un grand coup de frein à vos opérations, vous allez pouvoir utiliser toute ou partie de ce temps pour amener votre structure à se renforcer et préparer l’avenir : Formations à distance, évolution de la documentation, entretiens avec des candidats, correctifs, tests, …

Une période propice à traiter tous les points de désorganisation que vous reprochent vos équipes et vos clients toute l’année. Une occasion de lever la tête du guidon et mettre l’intelligence collective au service de sujets de fond. C’est le moment de structurer pour durer.

Si votre entreprise a dû organiser plus verticalement ses opérations, il peut être judicieux de « désiloter » pendant cette période. Définissez, avec vos managers, des thèmes de réflexion d’entreprise et laissez-les sélectionner et coordonner des petites équipes pluridisciplinaires (services, production, commerce, finance, RH, …) autour de ces sujets. Pourquoi ne pas les faire plancher sur les nouveaux besoins, les nouvelles priorités de vos clients demain, sujet qui demande justement une perception transversale ?

Et rapprochez-vous de vos clients et profitez-en pour leur assurer un service rigoureux. Combien de fois le manque de disponibilité va à l’encontre de la qualité ?

Mettez vos équipes et vos talents à contribution, au service de l’entreprise et de son organisation. Concentrez vos compétences sur la construction et préparer chacun à faire partie d’un nouvel élan.

Projetez !

Le monde devrait changer. La sortie de crise va être décisive. Autant en sortir prêt et motivé.

Il sera surement nécessaire d’anticiper de nouveaux besoins, accélérer certaines innovations, faire place à de nouvelles idées, de nouvelles organisations, … Les idées ne vont pas manquer. Ça prendra du temps mais il repartira.

Tout en adressant les questions de fond, concentrez donc, dès maintenant, du temps de vos managers et de vos équipes à l’après. Plus que la préparation de la relance, cette énergie peut aussi être consacrée à impulser une vision différente de travailler, de produire et de délivrer. DRH, ne serait-il pas opportun de réfléchir, dès maintenant, aux méthodes et conditions de télétravail ? Ce serait surprenant que ce sujet ne vienne pas sur la table après la crise.

Ayez une vision ou tout au moins, adaptez votre vision, votre positionnement, votre façon de voir le monde de demain. Vos clients et vos collaborateurs vont forcément avoir un prisme d’analyse marqué par la crise actuelle. Certains auront été touchés et d’autres auront même perdu des proches. Vous ne les emmènerez pas avec de grands discours économiques uniquement, il faudra une vision d’ensemble responsable et motivante.

Il ne sera pas inutile de mettre les émotions, les convictions (anciennes et nouvelles) au service de l’avenir, pour que chacun se projette dans votre vision économique du futur. Certains feront travailler leurs équipes sur les conditions d’achat en faisant quelques sacrifices économiques au profit d’un modèle plus responsable et à terme, moins dépendant des « effets papillon ». D’autres s’intéresseront à développer de nouveaux services à haute valeur ajoutée en collaboration étroite avec leurs clients.

Adaptez, de manière structurée, votre vision, votre organisation et votre communication au contexte présent et à venir, au monde auquel vous voulez que votre structure participe demain.

Comme après chaque « guerre » il faudra reconstruire. Le chemin sera long et difficile mais tellement exaltant. Les besoins ne vont pas manquer et vous aurez une place si vous vous y préparez. A défaut, vous risquez de subir la reprise.

Certain(e)s dirigeant(e)s auront la capacité de se préparer en interne, d’autres feront le choix d’un regard et d’un accompagnement externes. Peu importe le moyen, seule votre volonté et votre capacité à élever le débat l’emporteront !

Et ce n’est pas comme si vos concurrents avaient raflé la majorité des parts de marché. Les entreprises de votre secteur sont quasiment toutes logées à la même enseigne. Alors différenciez-vous par votre approche RH !

EquiLink vous souhaite de tirer le meilleur du confinement.

Structurer pour durer

La vie d’une entreprise est une course de fond. La gestion de la « dépense » dans le temps est primordiale et stratégique. Il y a des phases d’accélération, de récupération, d’adaptation, de correction, …

Le réflexe d’investir tous ses efforts sur des résultats court-terme en pleine phase de croissance paraît, somme toute, assez naturel. Quelle tentation d’accélérer à mi-parcours pour creuser l’écart !
Obtenir le revenu (quasi) immédiat en face de ses dépenses est tout aussi rassurant et signe, pour certains modèles, d’une bonne gestion. Il n’en est pas moins indispensable de développer aussi un œil long terme… pour durer.

Combien de clients estiment qu’un prestataire a perdu en qualité après avoir été racheté ?
Pourquoi des entreprises se retrouvent en difficulté après avoir signé bon nombre de marchés et perdent de leur crédibilité ?
Combien de projets d’implantation à l’étranger, pourtant analysés, sont, opérationnellement, inadaptés ?

A titre d’exemple, dans notre contexte économique « facilitant » de plus en plus le regroupement d’entités (publiques et/ou privées), on estime que, au niveau mondial, les opérations de fusions/acquisitions connaissent un taux d’échec situé entre 50% et 60% (Ekaphon maneechot / Shutterstock). Selon AT Kearney, plus de 50% de ces échecs sont issus de l’intégration entre les entités.

Le savoir-faire organisationnel au service de la stratégie prend alors tout son sens. Cette compétence contribue à concevoir les orientations structurantes pour l’entreprise (ou la division) et développe les actions (créatives et pragmatiques) qui répondent aux ambitions.

Certains acteurs l’ont d’ailleurs bien compris et investissent (accompagnement externe, département transversal interne dédiée, …) au détriment d’une partie d’un ROI court terme : Ils misent sur l’avenir !

Moins quantifiable que des éléments financiers, la capacité à s’organiser participe intrinsèquement à la création de valeur pour l’entreprise… et ses clients.

Développement à l’étranger : Préparez-vous, commercialement et opérationnellement, dès le début du projet !

STRATEG Consultants, spécialiste du développement commercial au Canada, aux États-Unis et en France,
EQUILINK, spécialiste du développement opérationnel et organisationnel,
proposent, ensemble, un accompagnement complet et transversal, depuis votre réflexion stratégique jusqu’à sa déclinaison opérationnelle.
Vous souhaitez préparer votre entreprise à de nouveaux défis stratégiques, commerciaux, managériaux, institutionnels, culturels, humains, …? ici ou ailleurs ?
Contactez-nous via LinkedIn !